BAUME DE SAINTE-GENEVIÈVE.

Publié le par Thierry

Il se compose d'huile d'olive 1,500 grammes (5 livres), cire jaune en morceaux 250 grammes (1/2 livre), eau de rose 250 grammes (1/2 livre), santal rouge en poudre 62 grammes 50 centigrammes (2 onces), vin rouge vieux 1 litre 50 centilitres (1 litre 1/2). 
Le tout doit être mis dans un vase en terre, verni, contenant environ 6 litres ; on fait bouillir ce mélange pendant une demi-heure, on remue durant ce temps avec une spatule en bois, et on ajoute un demi-kilogramme de térébenthine de Venise qu'on incorpore avec la spatule durant deux ou trois minutes; puis on retire le vase du feu, on le laisse un moment passer sa chaleur, ensuite on y ajoute 8 grammes de camphre en poudre qu'on mélange bien avec la spatule. On coule cette liqueur dans un autre vase à travers un linge, on la laisse reposer jusqu'au lendemain, jusqu'à ce qu'elle soit bien figée, et on fait des incisions en croix pour faire sortir le liquide. On met ce baume dans un vase en faïence pour le conserver. 
Ce baume est excellent pour toutes les douleurs quelconques, rhumatismes, pleurésies, maux de tête, maux d'estomac qu'elle fortifie, et contre la morsure d'animaux venimeux; on l'étend chaudement sur la partie malade, puis on en met environ 8 grammes dans un bouillon que le malade boit. Ce baume est encore très bon pour les parties ulcérées, gangrenées, blessées, meurtries. On couvre la place affectée du linge avec lequel on l'aura' frottée après avoir étendu de ce baume.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article